Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Chronique de Krokmou

Le Cinema = art consistant à montrer d'énorme GIF animée avec du son et une histoire... C'est en gros comme ça qu'il faudrait le voir... Et accessoirement, je travaille dans un cinema ! Instagram : coaster51 Page Facebook : La Chronique De Krokmou

Minuit Dans L’Univers (Netflix) de et avec George Clooney, Felicity Jones, David Oyelowo, Tiffany Boone, Demian Bichir, Kyle Chandler, Caoilinn Springall et Sophie Rundle.

Publié le 30 Décembre 2020 par Charley Smith

Minuit Dans L’Univers (Netflix) de et avec George Clooney, Felicity Jones, David Oyelowo, Tiffany Boone, Demian Bichir, Kyle Chandler, Caoilinn Springall et Sophie Rundle.

Vu le 30 Décembre 2020.

Augustin Lofthouse, astronome et chercheur, se retrouve seul dans l’observatoire Barbeau. Nous sommes en Février 2049, 3 semaines après « L’Évènement ». La Terre est devenu inhabitable. Après vérification des missions envoyés dans l’espace, une seule est encore en cours; sur le retour, Augustin trouve un moyen de rentrer en contact avec eux pour leur dire de faire demi-tour.

J’ai aimé le film, je trouve que pour un film de Science-Fiction, prendre le temps, se poser et contempler tout simplement, c’est quelque chose qui est assez rare.
Ici, George Clooney signe une réalisation soigné et précise qui est n’est pas novatrice dans la façon de faire, mais qui convient très bien au film. On sent la solitude du personnage.

Les acteurs sont tous très bon, je suis d’ailleurs même très étonné de trouver une alchimie particulière entre Kyle Chandler et Demian Bichir. Felicity Jones est parfaite, David Oyelowo aussi. Même la petite fille qui n’a pourtant qu’un ligne de dialogue est excellente !

La musique passe assez inaperçue bien que très présente tout au long du film. On reste sur des partitions lentes et assez plates pour souligner la longueur de certaines scènes sans pour autant être mémorable.

L’histoire est assez particulière, adapté d’un livre « Good Morning, Midnight » de Lily Brooks-Dalton, je pense qu’il prend aussi son temps pour raconter l’histoire. Je sais pas quoi dire et je pourras pas vous dire réellement pourquoi j’ai aimé le film. Je pense que c’est un tout, je m’attendais pas à ça et je suis quand même content du résultat. Allez savoir, il y a des choses qu’on explique pas.

J’aimerai revenir sur une chose qui m’a particulièrement étonné pendant le visionnage, c’est les idées sur la technologie humaine d’ici une quarantaine d’année. La station spatiale Æther par exemple, elle est en partie construite par des imprimantes 3D géantes, c’est une idée de génie ! La structure externe est interne, le squelette en gros, est fait en imprimante 3D, ce qui rends les réparation beaucoup plus simple. En plus de cela, la coque en tant que telle est une sorte de nouveau matériel qui absorbe les chocs, ce qui est excellent (j’adore l’effet visuel, justement).

En parlant de technologie, j’aimerai revenir sur une technologie présente dans le film. J’essaye de me tenir informé de ce qui se passe dans le monde du cinema et pour être honnête, en ce moment, ça bouge pas beaucoup. À la fin du générique, il y a souvent des logos, pour les financements, les régions de tournage et aussi les technologies utilisé sur le tournage (Dolby Atmos, IMAX, ARRI Alexa et j’en passe). Ici, j’ai vu que le film avait utilisé une nouvelle technologie qui s’appelle « Stagecraft by Industrial Light And Magic ». Vous allez me dire mais qu’est-ce qu’on s’en fout d’un système qu’on connait pas par une entreprise dont on a jamais entendu parler… Eh bien, justement, vous en avais déjà entendu parlé. Industrial Light And Magic est une sous-division de Lucasfilm LTD. Detenu par Disney. Mais alors que vient faire ILM ici ? Stagecraft est en fait le nom officiel de ce que Jon et Dave appelle communément le Volume. Et si vous avez lu mes chroniques sur « The Mandalorian »(dont le lien est ici), vous savez ce que c’est le Volume. Je rentre dans les détails ? Oui, vaut mieux une piqure de rappel. Le Volume est un écran semi-circulaire (un peu plus en réalité) pouvant affiché n’importe quel décor réel ou numérique. Et même le plafond peut diffuser des images. En réalité, c’est un peu plus complexe. Pour cela, je vous laisse aller voir la saison 1 de « Disney Gallery - The Mandalorian », ils en parlent mieux que moi.

J’aimerai faire une partie spoiler ici désormais puisque le film m’a eu comme un bleu !
Le personnage de George Clooney (Augustin) et le personnage de Felicity Jones (Sully) sont liés dans le film. Je ne m’attendais pas du tout à cette révélation, pas que c’est un peu tiré par les cheveux, au contraire, je trouve que c’est très bien trouvé ! Je ne m’y attendais pas et c’est ce que j’attends d’un film. En parlant de twist et d’univers SF, j’aimerai parler ici de « Premier Contact » de Denis Villeneuve; excellent film, visuellement très fort et l’histoire est juste parfaite. Mais en parlant de l’histoire, j’ai capté que les « flashbacks » dans le film, sont en réalité des flashforward (vers l’avenir) au bout de 45 minutes de film. Ce qui est dommage. Ici, j’ai réellement était surpris puisque le film ne nous assène pas les flashbacks toute les 10 minutes. D’ailleurs en parlant des flashbacks, je ne les ai pas pris pour des « révélations » mais comme des anecdotes sur la vie de l’astronome qui nous aide à mieux comprendre le personnage. Ces regrets, ce qu’il aurait du faire à un certain moment.

Pour les personnes qui veulent voir le film, allez-y, je pense que chacun à un ressenti different face à ce film. Personnellement, je vous le conseille, ça paye pas de mine et j’ai trouvé ça bien.

Commenter cet article